À propos de Pierre

Pierre Ducasse – Photo officielle

Pierre Ducasse, c’est une somme d’expériences variées et  complémentaires. Il combine des connaissances provenant tant du monde communautaire, de l’économie sociale, du mouvement syndical, que du monde politique. Un professionnel et un militant infatigable pour la solidarité et la justice sociale, il est à la fois penseur, stratège, organisateur et communicateur.

Pierre est né le 18 août 1972; son père, Fernando Ducasse, était travailleur de la construction et charpentier-meunuisier, et sa mère, Jacqueline Bujold, était secrétaire et ensuite mère à la maison. Il est né à Sept-Iles, une ville industrielle sur la Côte-Nord du Québec. Il y passé toute son enfance.

Il détient un D.E.C. en techniques administratives (cégeps de Sept-Iles et de Sainte-Foy) avec une spécialisation en marketing.

Il entre à l’Université Laval (à Québec) en 1992. Il complète un baccalauréat (en 1995) en science politique ; il en profite quand même pour faire quelques détours par l’économie, la philosophie et la théologie. Il est inscrit au Tableau d’honneur de la Faculté des sciences sociales. Il complète une maîtrise en 1998. Son mémoire de maîtrise porte sur la question de la tension entre le libéralisme politique et la reconnaissance des droits des minorités culturelles dans l’oeuvre de Will Kymlicka.

Entre 1995 et 1998, de retour une partie de l’année sur la  Côte-Nord, il travaille à quelques reprises sur des projets de recherche sur l’alphabétisation et la formation de base des travailleurs en entreprise (tant dans les industries que dans le secteur des pêches). Ce sont ses premières expériences de travail. Il est aussi actif dans le Forum sur le développement social (1997-1998), étant président du Forum dans la MRC de Sept-Rivières (région de Sept-Iles et Port-Cartier).

Dès l’âge de 17 ans, Pierre s’implique dans le Nouveau Parti démocratique du Canada. Entre 1990 et 1992, il est président-associé des Jeunes néo-démocrates du Canada.

En 1997, à 24 ans, Pierre se présente pour la première fois comme candidat pour le NPD dans le comté fédéral de Manicouagan. Il fait une petite campagne très remarquée et obtient un des meilleurs scores du NPD au Québec.

En 1998, à 26 ans, il devient coordonnateur (directeur) de la Table nationale des Corporations de développement communautaire du Québec (TNCDC). Pierre contribue considérablement à structurer et développer la TNCDC, travaillant à la fois sur les fonctions d’organisation, de communications internes et externes, de représentations politiques, et de services aux membres. Il coordonne également un important projet de recherche sur le monde communautaire.

Il occupe cette fonction à la TNCDC jusqu’en 2003. Par elle, il occupe également diverses positions sur les conseils d’administration d’autres organisations : le Comité aviseur de l’action communautaire autonome (1998-2003), le Carrefour québécois de développement local (2000-2002) ainsi que le Chantier de l’économie sociale (2001-2002). Il devient progressivement un porte-parole de plus en plus crédible et reconnu sur les questions touchant l’action communautaire, le développement communautaire, la concertation, l’économie sociale et le développement local.

Pierre est nommé et ensuite élu président- associé (un des deux vice-présidents) du NPD fédéral (2000 à 2006).

En 2002, suite à la démission d’Alexa McDonough, alors qu’il a 29 ans, Pierre se lance dans la course à la chefferie du Nouveau Parti démocratique du Canada. Il est le premier Québécois à se présenter à la chefferie du NPD. Il mène une petite campagne remarquée. Mais l’impact se fait surtout sentir lors du Congrès de janvier 2003, avec son fameux discours qualifié par les commentateurs comme étant d’une rare qualité. Michel Vastel nomme ce «p’tit gars de Sept-Iles» comme étant « la révélation du NPD ». Et Chantal Hébert dit de lui qu’il est «un des grands espoirs de la politique canadienne ». Pierre demeure impliqué dans le NPD, étant candidat à nouveau dans Manicouagan en 2004 et 2006.

En février 2005, il travaille sur la Colline parlementaire à Ottawa, en tant que conseiller spécial sur le Québec auprès du chef du NPD, Jack Layton. Pendant des années, il va jouer un rôle déterminant dans le développement du NPD au Québec. Pierre sera le rédacteur principal de la Déclaration de Sherbrooke, qui jouera un rôle central dans le renouveau de la vision du NPD sur le Québec et sur les relations fédérales-provinciales.

Pierre Ducasse est essentiellement, entre 2003 et 2008, l’architecte de la reconstruction du NPD au Québec, ce qui mènera, quelques années plus tard, à la « Vague Orange ». Il est encore candidat pour le NPD en 2008, cette fois-ci dans le comté de Hull-Aylmer, et aura près de 20% du vote.

Catholique de gauche ayant étudié la théologie de la libération, il est un des membres fondateurs de la Commission foi et justice sociale du NPD. Il en est le secrétaire-trésorier entre 2009 et 2013. Entre 2008 et 2009, il travaille encore pour le caucus du NPD, mais change de fonction, pour travailler en recherche et en développement de politiques. Il se spécialise notamment dans les questions touchant les droits des consommateurs. C’est également lui qui structure et rédige l’ébauche du livre des politiques du NPD.

S’intéressant aux enjeux des droits des consommateurs, Pierre est actif au conseil d’administration de l’ACEF de l’Outaouais – un organisme de défense des droits des consommateurs – entre 2008 et 2014. Il en a été le président pendant trois ans.

Depuis 2010, il est conseiller au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), dans le département des communications. Le SCFP est le plus gros syndicat au Canada avec plus de 650 000 membres. Il travaille au bureau d’Ottawa sur certains dossiers comme l’environnement, la santé, l’alphabétisation, l’éducation postsecondaire.

Depuis de nombreuses années, Pierre travaille sur un jeu de société éducatif et ludique sur la politique, Si la tendance se maintient, jeu simulant une campagne électorale.

Il est co-auteur, avec Tom Vouloumanos, du livre Pour une économie démocratique, paru chez VLB en mars 2013.

Pierre offre également des services de consultation aux organismes sans but lucratif, notamment sur l’établissement de priorités organisationnelles.

En 2012, Pierre relance le Nouveau Parti démocratique du Québec. Il est son chef-fondateur. Il annoncera en 2017 qu’il ne souhaite cependant pas être chef permanent. Une campagne à la chefferie est emportée par Raphaël Fortin en janvier 2018.

Pierre est marié depuis 2008 et a un fils depuis 2010.

 

 

 

wp-lien